An Introduction to Hamiltonian Optics 2C by Buchdhal

By Buchdhal

Show description

Read or Download An Introduction to Hamiltonian Optics 2C PDF

Similar physics books

New Developments in Semiconductor Physics

This quantity contains lecture notes and chosen contributed papers awarded on the foreign summer season institution on New advancements in Semiconductor Physics held on the college of Szeged, July 1-6, 1979. the key a part of the contributions during this quantity is said to the hot experimental technics and theoretical principles utilized in examine of recent semiconductor fabrics, normally III-V semiconductors.

Extra info for An Introduction to Hamiltonian Optics 2C

Example text

On retrouvera cette notion d’effluve chez Gilbert deux mille ans plus tard. Soulignons que la vision d’Aristote est incompatible avec l’hypothèse d’un espace vide tel que l’espace de la géométrie euclidienne, qualitativement non-différencié et non hiérarchisé. Pour lui, la géométrie est indissociable de la matière. Aussi, la notion d’action à distance représente-t-elle un artifice inconcevable dans la physique aristotélicienne(1) . Conformément à ce point de vue, Descartes (1596-1650) élabore la première théorie générale des milieux continus.

Cependant, le rôle fondamental qu’Aristote confie à l’espace n’est pas sans rappeler le point de vue qu’adoptera plus tard la relativité générale. Cette démarche de compréhension « globale » des phénomènes résulte d’une longue tradition à laquelle les philosophes de l’école ionienne (dont Thalès) ont largement contribué, à travers la quête d’une « matière fondamentale » expliquant la nature du monde (et de la vie). Développant la thèse selon laquelle cette matière correspond en fait à quatre « éléments », Empédocle introduit dès le Ve siècle le concept de force (attractive ou répulsive) en tant que cause du mouvement.

Cette prééminence de la pensée abstraite sur la démarche d’investigation scientifique telle que nous la concevons aujourd’hui prévaudra jusqu’à la Renaissance. Médecin à la cour de la reine Elisabeth I, l’anglais William Gilbert (1544-1603) adopte une posture résolument nouvelle qui place l’expérience au cœur de la démarche scientifique. Dénonçant les superstitions les plus obscures et autres formes de pensée occulte afférentes à la magie de l’aimant(1) , ses travaux l’amènent notam(1) Parmi les croyances les plus insolites qui entourent le mystère de l’aimant en cette fin de XVIe siècle, il en est que Gilbert rapporte en ces termes [15] : « ...

Download PDF sample

Rated 4.17 of 5 – based on 7 votes